Accueil
  • Lewis Hamilton s'impose dans ce grand prix plein d’abandons, sur une stratégie à un seul arrêt adoptée par la majorité des pilotes.
  • usure et dégradation des pneumatiques vraiment minimale sur les 58 tours : relais longs et courts sans souci en gommes médiums et soft.
  • la hausse des performances constatée lors des essais hivernaux se confirme en course.

Le champion du monde en titre Lewis Hamilton débute la défense de son titre mondial à la perfection, en battant son coéquipier Nico Rosberg pour signer son deuxième succès en Australie et le 34e de sa carrière. Les deux Mercedes se sont élancées en gommes soft pour passer en medium aux 25e et 26e tours.

Hamilton convertit pour la septième fois sa pole position en victoire, tandis que Sébastien Vettel s’octroie un podium dès son premier Grand Prix chez Ferrari, grâce à une stratégie identique, avec un arrêt au 24e tour. Les performances relevées en course confirment les prévisions de Pirelli, qui a pour l’occasion développé un nouveau pneumatique arrière.

En piste, en dépit de chronos plus rapides d’environ deux secondes par rapport à 2014 sur cette piste peu abrasive et exigeante pour les pneumatiques, la plupart des pilotes se sont élancés sur une stratégie à un arrêt. Un choix devenu plus pertinent encore lors de l’apparition du safety car qui, s’il rallongeait la durée des premiers relais en piste, réduisait également la quantité d’énergie supportée par les Formule 1 avec leurs réservoirs pleins.

Certains pilotes avaient toutefois persévéré sur le choix de deux arrêts. Marcus Ericsson (Sauber), le mieux qualifié d’entre eux s’offrait la huitième place en toute fin d’épreuve. Du côté de Kimi Raïkkönen, que l’on retrouvait aux avant-postes en début d’épreuve, il conservait lui aussi une stratégie à deux arrêts (théoriquement plus rapide de quatre secondes) mais abandonnait malheureusement en vue de l’arrivée.

Enfin, on notait l’incidence positive des températures très douces (environ 20 °C) et du ciel couvert qui entraînaient une longévité pneumatique supérieure et permettaient aux leaders de rouler dans une fourchette maximale de deux secondes au tour pendant l’essentiel de la course.

Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport :

"Comme nous nous y attendions, l’Australie fut l’occasion d’une épreuve très éprouvante pour les teams, mais les pneumatiques Pirelli ont véritablement répondu à toutes les attentes. Les conditions météo clémentes et l’apparition du Safety Car en course ont transformé les stratégies à deux stops en un seul, pour les plus rapides. On peut aussi remarquer qu’en plus des performances attendues des meilleurs teams et pilotes, nous avons assisté à des Grands Prix remarquables, réalisés par les rookies qui ont, d’entrée de jeu, maîtrisé à la perfection ces pneumatiques 2015 et les options stratégiques qui vont avec, en très, très peu de temps. Chapeau ! "

Source Communiqué de Pirelli

La présence d'Arnold Schwartzenegger sur le podium était loin d'être anodine pour cette première course en Australie. En effet, les machines se sont rebellées contre leurs maîtres et seuls 11 pilotes ont franchi la ligne d'arrivée.

On nous avait annoncé la couleur avec les 2 Manor qui ne prendraient pas le départ  de ce week-end suite à un problème informatique. Pourtant, on était loin d'imaginer que seuls 15 pilotes prendraient effectivement le départ de GP. Vatteri Bottas, malade, n'a pas pu prendre part à la course du fait d'une blessure au dos. Puis Magnussen (moteur) et Kvyat (boite de vitesse) renoncent dans leur tour d'installation à participer à ce GP maudit.

15 au départ, mais 13 après l'abandon des 2 Lotus dès le 1er tour, avec un Maldonado pas encore assez "mur" pour rester sur la piste. Grosjean renonce peu après. Pastor provoque le 1er safety-car.

Au restart, Felipe Nasr, 5ème, parvient à contenir Ricciardo et Raikkonen pour sa première course. Ce jeune homme a du talent à revendre si bien qu' il réussira à terminer le GP à cette position.

Peu de suspens à l'avant, où Hamilton contrôle la course, devant un Rosberg assez passif. La lutte pour la 3ème place fait néanmoins rage entre Massa P3 et Vettel P4. Si le brésilien résiste à la pression du quadruple champion du monde, il va perdre le podium aux jeux des arrêts aux stands. Malgré un arrêt correct, Felipe se retrouve en effet coincé derrière le lent Ricciardo, qui n'y peut rien, ce qui permet à Vettel de se constituer un matelas de temps significatif avant son arrêt aux stands.

Dominé une nouvelle fois par son équipier, Kimi Raikkonen n'aura pas le loisir de terminer sa course. 5ème, une erreur de son équipe, qui a mal monté la roue arrière gauche, le prive de points précieux.

Derrière, tout derrière...Non, pas là, encore derrière voyons...Se trouve Button. Seul au monde, il tente de terminer la course, son seul objectif avec une Mclaren aussi rétive. Une tentative de dépassement de Perez et un accrochage ont failli avoir raison de sa course, mais il termine finalement le GP, à la 11ème et dernière place.

Ericsson, dans l'ombre de son coéquipier, se rattrape de sa première partie de course, en dépassant ses vis-à-vis jusqu'à Sainz Junior (Torro Rosso) pour chercher une 8ème place synonyme de points. 14 points dans la besace pour Sauber, c'est déjà une sacré opération pour l'équipe suisse qui peut se détendre après ses ennuis judiciaires face à M.Van Der Garde.

Le clan Redbull s'en sort plutôt bien, malgré des soucis récurrents de motorisation, et un châssis pas encore top. Ricciardo se prend un tour et finit 6ème, 3 places devant Carlos Sainz Junior, qui a accompli un premier week-end sans faute, pour faire taire les critiques de ces détracteurs qui pointent du doigt son jeune âge.

Que vous dire d'autre? Espérons que toute la saison ne soit pas ainsi, et que les différences de motorisation ne produisent pas de tels écarts à Sepang.

Guillaume pour F1Classement

Résultat course du GP d'Australie à Melbourne
 

1

L. Hamilton

Mercedes

1:30.945

 

1

2

N. Rosberg

Mercedes

1:31.092

0:01.360

1

3

S. Vettel

Ferrari

1:31.457

0:34.523

1

4

F. Massa

Williams

1:31.719

0:38.196

1

5

F. Nasr

Sauber

1:32.612

1:35.143

1

6

D. Ricciardo

Red Bull

1:32.797

+1 Tour.

1

7

N. Hülkenberg

Force India

1:31.970

+1 Tour.

2

8

M. Ericsson

Sauber

1:31.560

+1 Tour.

3

9

C. Sainz jun.

Toro Rosso

1:32.872

+1 Tour.

1

10

S. Perez

Force India

1:31.959

+1 Tour.

1

11

J. Button

McLaren

1:33.338

+2 Tours.

1

12

K. Räikkönen

Ferrari

1:31.426

+18 Tours.

2

13

M. Verstappen

Toro Rosso

1:34.295

+26 Tours.

1

14

R. Grosjean

Lotus

-:--.---

+58 Tours.

1

15

P. Maldonado

Lotus

-:--.---

+58 Tours.

0

16

D. Kwjat

Red Bull

-:--.---

+58Tours.

0

17

K. Magnussen

McLaren

-:--.---

+58 Tours.

0